La Lettre des Médiations n°8 – Médiations dans le domaine de la santé – État des lieux au Québec

Abstract : 

Ce huitième numéro de la lettre des Médiations est dédié à la médiation dans le secteur des soins de santé. 

L’élaboration de politiques, de stratégies et de plans sanitaires nationaux constitue un processus complexe et dynamique qui varie d’un pays à l’autre en fonction du contexte politique, historique et socio-économique S’il n’existe pas de modèle unique pour mener à bien ce processus, il semble toutefois indispensable de prendre en considération la participation de tous les acteurs de la santé, sur les plans individuel, organisationnel et fonctionnel et de procéder à une analyse et un suivi minutieux de l’ensemble des besoins, voire des questions et des priorités relatives au systèmes des soins de santé. Nous savons que l’hôpital est un lieu de guérison mais aussi un lieu d’anxiété, de souffrance, de mort. Ces moments de crise provoquent, selon les personnes et les situations une certaine appréhension, une demande de parole et une recherche de sens. Comment l’hôpital peut-il gérer cela dans un contexte de société séculière, alors qu’il est devenu une entreprise à part entière, confronté lui aussi à des contraintes budgétaires Dans le domaine du soin, on constate notamment que si le patient n’est pas reconnu comme un sujet à part entière, son approche risque de se pratiquer dans une zone de non-droit (le consentement libre). La prise en compte de cette dimension de sujet n’est pas facile car les services et les équipes soignantes sont soumis aujourd’hui à de fortes exigences techniques et des pressions de viabilité financière. Et l’on sait que la technique en tant que telle ne connaît bien souvent que le « patient-corps » et qu’elle ne connaît pas le « patient-sujet ». Le professionnel de la santé peut être amené à devoir choisir entre accompagner le patient dans sa globalité (mission) et répondre aux contraintes techniques et financières imposées par un système de consommation de soins (conditions). 

Nous ne sommes pas tous égaux devant la santé mais nous sommes tous concernés, personnellement ou indirectement lorsqu’il s’agit des membres de notre famille ou nos proches ; qu’ils soient patients ou accompagnants. Les soignants sont également visés, certes en leur qualité professionnelle mais aussi quand ils deviennent patients à leur tour. Le fonctionnement de l’hôpital étant basé sur des rôles professionnels (formations et tâches spécifiques et distinctes), quelle est la personne qui va accompagner la demande de parole, apporter une aide ou être un témoin de la recherche de sens ? Quand et comment devra-t-elle intervenir ?  

Ce contenu a été mis à jour le 10 juin 2020 à 15 h 20 min.